Corsair Ironclaw RGB Avis: Confort, vitesse et style

Test de la Corsair Ironclaw RGBCe n’est pas souvent qu’une souris gamer se vante d’être un matériel à la fois de MOBA et de FPS, mais la nouvelle Corsair Ironclaw RGB est l’une de ces souris polyvalentes qui espèrent combiner la précision et légèreté des souris de FPS avec le confort global sur le long-terme de leurs cousines pour MOBA. Et qu’est-ce que ça fonctionne bien !

J’ai toujours été fan des souris plus imposantes qui ne me font pas culpabiliser quant à ma position paresseuse favorite de palm grip, mais elles ont aussi l’ennuyeuse habitude d’être un peu trop lourdes pour mes doigts filiformes de fille. La grosse Roccat Kone AImo, par exemple, est tout juste maniable à 130g (surtout après des années d’utilisation du poids lourd de 115g Steelseries World of Warcraft Cataclysm, pour en avoir hérité lors de mon premier job dans la tech) mais je suis vraiment plutôt du genre 80g Logitech G Pro Wireless.

La Ironclaw RGB n’est pas si légère, certes, mais son châssis sculpté de 105g semble certainement plus vif en main que la plupart des souris de cette taille. C’est notamment dû au fait qu’elle est très agréable en main. Ses contours pour droitiers s’accordent notamment parfaitement à ma paume, et son encoche texturée pour le pouce fournit une zone de repos idéale juste en dessous de ses deux gros boutons faciles d’accès sur le côté.

Test de la Corsair Ironclaw RGBElle ressemble aussi beaucoup plus à une souris de 59 euros que notre championne actuelle de moyenne gamme issue de notre sélection des meilleures souris gamers, la Steelseries Rival 310. Tout d’abord, elle comporte un câble tressé de 1.8m au lieu d’un en plastique lisse, et le fini caoutchouteux et doux au toucher qui couvre la plus grande partie de la souris ajoute une touche supplémentaire de classe qui est infiniment plus plaisante contre la peau que le corps de plastique de la Rival. Le motif noir texturé diamant sur les deux côtés est aussi plus élégant et plus susceptible de durer dans le temps que les grips en caoutchouc gris de Rival.

La Ironclaw RGB n’est cependant pas juste une souris gamer plus élégante que la Rival 310. Elle est aussi plus modulable. Alors que la Rival 310 a six boutons programmables et une portée DPI / sensibilité de 100 à 12000, la Ironclaw RGB a sept boutons programmables et un DPI qui couvre toute la gamme de 100 à 18000. Cela dit, vous n’aurez sûrement pas besoin de 6000 DPI supplémentaires, puisque que la plupart des yeux humains normaux (ou les miens, tout au moins), peuvent à peine suivre ce qui dépasse 3000 DPI.

Ce que vous pouvez faire, en revanche, c’est utiliser le logiciel iCUE plus sophistiqué de Corsair pour configurer le trio de préréglages DPI de Ironclaw RGB sur n’importe quel chiffre de cette palette ridiculement grande, que ce soit un super lent 106 DPI, ou un nerveux 1573. En outre, ils ne sont pas limités à des augmentations de 50 ou 100. Vous avez juste à taper ou à utiliser l’interface déroulante de iCUE pour obtenir exactement ce que vous voulez, et c’est fait. La Rival 310, de son côté, ne vous propose que deux vitesses de DPI parmi lesquelles choisir et en augmentation de 100.

Test de la Corsair Ironclaw RGBCe n’est pas tout non plus, puisque iCUE vous donne aussi une plus large gamme d’options de customisation pour les sept boutons programmables de la Ironclaw RGB. Par défaut, les deux boutons centraux sous la molette basculent entre le trio de vitesses DPI mentionné ci-dessus et ses trois réglages de profils : ces derniers sont illuminés par trois petites bandes LED juste en face de votre pouce. Les boutons latéraux, d’un autre côté, sont des raccourcis précédent et suivant pour la navigation internet, mais vous pouvez les échanger contre une variété d’options différentes, dont des macros enregistrables, des commandes de texte, des raccourcis média et même y configurer Fn ou d’autres raccourcis clavier.

La fonctionnalité clé pour moi est la possibilité d’assigner à la Ironclaw RGB un bouton spécial sniper pour les moments où vous voulez un contrôle ultime lors de la préparation de vos tirs dans la tête si importants dans les jeux FPS (quelque chose que vous n’avez pas avec la Rival 310). C’est un peu plus difficile à trouver et loin d’être aussi évident qu’un bouton dédié au sniper comme chez la Asus ROG Gladius II ou la Logitech G502 Hero, par exemple, mais il a le mérite d’exister. Tout ce que vous devez faire, c’est d’y assigner le bouton de votre choix en le sélectionnant depuis le menu de reconfiguration des boutons de la souris dans l’onglet Actions de iCUE. Et, bien sûr, vous pouvez aussi customiser la vitesse du bouton sniper dans les réglages DPI.

Test de la Corsair Ironclaw RGBC’est une formule assez convaincante pour 59 euros, et à mes yeux un bien meilleur achat que la Steelseries Rival 310 au même prix. La Rival 310 est actuellement un tantinet moins cher, à 50.95 au moment de l’écriture, mais cette dizaine de dollars supplémentaires fait beaucoup, que vous souhaitiez ce niveau supplémentaire de flexibilité ou un châssis plus confortable et plus élégant.

En conséquence, la Corsair Ironclaw RGB est désormais ma nouvelle recommandation pour la meilleure souris gamer dans notre catégorie moyenne gamme (bien que ceux qui recherchent un design plus ambidextre devraient aller voir la Steelseries Sensei 310 si vous recherchez une souris pour gauchers). Mais pour les droitiers parmi nous, en revanche, la Ironclaw RGB est difficile à battre pour les acheteurs de souris gamer moyenne gamme.

Vous aimez l'article? Soutiens nous!
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *