Qu’est-ce que G-Sync ? – G-Sync vaut-il le coup en 2019 ?

G-Sync

Les déchirures d’écran et les saccades dans les jeux sur PC gâchent vraiment la vie. Nous savons tous que VSync n’est pas une solution extraordinaire. Nvidia a reconnu le problème en introduisant Adaptive VSync pour aider à éradiquer les artefacts visuels. Mais ce n’était qu’un ajustement temporaire. La réponse actuelle de Nvidia est une méthode basée sur un équipement appelé G-Sync requérant un affichage spécifique et une carte graphique discrète GeForce. Est-ce que G-Sync en vaut la peine ? Nous proposons de creuser un peu pour le savoir.

Les raisons pour lesquelles nous avons besoin de VSync, G-Sync, ou de technologies similaires sont déjà expliquées dans un article dédié, « Qu’est-ce que VSync ». Si vous n’avez pas lu cet article, voici brefs éléments qui vous permettront de rattraper votre retard :

Problème n°1 : La déchirure d’écran a lieu quand le GPU transmet plus vite que la fréquence de rafraîchissement.
Solution : VSync plafonne la fréquence d’images à la fréquence de rafraîchissement de l’écran.

Problème n°2 : Les saccades se produisent quand le GPU ne parvient pas à atteindre la fréquence de rafraîchissement.
Solution : À nouveau, VSync plafonne la fréquence d’images à la moitié de la fréquence de rafraîchissement de l’écran.

Pendant longtemps, VSync était la réponse à nos problèmes de déchirure et de saccades.

Pendant longtemps, Vsync était la « réponse » à nos problèmes de déchirure et de saccades. Plafonner les fréquences d’images aux fréquences de rafraîchissement éliminait les déchirures d’écran. Cependant, cette méthode entraîne un temps de latence dès lors que les actions ne sont pas rendues en totalité sur l’écran. Mais partons de 2012 quand Adpative VSync de Nvidia est entré sur la scène de GeForce.

Adaptive VSync

Nvidia a introduit Adaptive VSync dans ses pilotes 300 Series. L’objectif était de fournir les avantages de VSync sans que ne survienne cet agaçant phénomène de tremblement. Comme VSync, la version de Nvidia limitait la fréquence d’images du jeu à la fréquence de rafraîchissement de l’écran, éliminant ainsi le désagréable effet de déchirure.

La différence entre VSync et Adaptive VSync apparaît quand le GPU commence à saturer. Comme nous l’avons décrit précédemment, VSync abaissait la fréquence d’images à la moitié de la fréquence de rafraîchissement de l’écran pour éliminer les saccades. Cela signifiait que vous obteniez 30 images par seconde (ou 30Hz) sur un écran de 60Hz.

Adaptive VSync ne verrouillait pas la fréquence d’images quand le GPU commençait à saturer. À la place, il déverrouillait la fréquence d’images le temps que la performance s’améliore. Ensuite, Adaptive VSync verrouillait à nouveau la fréquence d’images jusqu’à ce que le GPU recommence à saturer.

Bien que cette solution aidait à maintenir une expérience visuelle dépourvue de déchirure, Nvidia souhaitait apporter aux gamers une expérience à la fois plus dynamique et plus immersive.

Entrer dans G-Sync

G-Sync

Nvdia a introduit G-Sync en 2013. Il est basé sur une technologie de fréquence de rafraîchissement variable et rend inutiles à la fois VSync et Adaptive Vsync. Cette méthode repose sur un module breveté résidant dans l’écran qui remplace les habituels scaler board et carte graphique. Un scaler board prend en charge le traitement et le décodage de l’image entrante, sa restitution, le contrôle du rétro-éclairage, et ainsi de suite. Cela signifie que le module G-Sync de Nvidia a un contrôle total sur la fréquence de rafraîchissement de l’écran.

Le premier module G-Sync de Nvidia supportait 60Hz et ne fonctionnait qu’avec DisplayPort. La deuxième version est compatible avec les écrans 144Hz à 240Hz avec prise HDMI A.4, mais G-Sync requiert toujours une connexion DisplayPort. La troisième version passe à la HDR, et s’utilise avec HDMI 2.0 et DisplayPort 1.4.

Côté PC, il vous faut une carte graphique discrète compatible avec GeForce. Les pilotes servent de plateforme de communication entre le GPU et le module externe G-Sync de manière à ce qu’ils restent synchronisés tout au long du jeu. C’est alors que la fréquence de rafraîchissement variable entre en jeu.

Les problèmes de déchirure d’écran et de saccades sont liés à des problèmes de temps.

Les problèmes de déchirure d’écran et de saccades sont en fait, des problèmes de temps. Le GPU devient esclave de l’écran lorsque VSync est activé. Mais avec la fréquence de rafraîchissement variable, le GPU et l’écran sont sur un pied d’égalité. Par exemple, quand une image complète arrive dans les zones tampons du GPU, elle effectue une analyse afin de voir si l’écran est au milieu d’un intervalle de suppression : la période entre deux rafraîchissements d’écran. Cette analyse permet d’éviter le screen tearing.

Ce que l’on ne sait pas, c’est comment G-Sync gère la chute de la fréquence d’images quand le jeu sollicite trop le GPU. Une théorie serait que G-Sync répète simplement des images en accord avec les capacités de rafraîchissement du panel variable lorsque le GPU sature. Dans l’autre sens, si le GPU transmet plus d’images que la fréquence d’images que peut supporter l’écran, G-Sync imitera VSync et plafonnera la fréquence d’images.

Malgré l’intérêt de ces discours sur le matériel, il vous faudra côté PC, remplir ces conditions :

Ordinateur de bureau Ordinateur portable
GPU : GeForce GTX 650 Ti BOOST GTX 965M
Pilote : R340.52 ou plus R352.06 ou plus
Plate-forme : Windows 7 / 8.0 / 8.1 / 10 Windows 7 / 8.0 / 8.1 / 10
Protocole : DisplayPort 1.2 DisplayPort 1.2

Mais voici le nerf de la guerre : l’écran. Vous ne pouvez pas prendre n’importe quel écran et attendre de G-Sync qu’il fonctionne. Il lui faut pour fonctionner, du matériel efficace d’un côté et de l’autre du câble, vous aurez donc besoin d’un écran doté du module Nvidia, ou un écran supportant l’Adaptive Sync standard de VESA. Nous développerons cette deuxième option un peu plus loin.

Les écrans G-Sync ne sont pas donnés

G-SyncDepuis 2013, les fabricants d’écrans tels que Acer, Asus, Dell, HP, et d’autres ont produit des ordinateurs de bureau et des ordinateurs portables dotés du module Nvidia. La résolution et les fréquences de rafraîchissement ne sont pas des facteurs limitants, mais la compatibilité avec 4K HDR n’est apparue sur la scène G-Sync qu’en 2018. De plus, les écrans G-Sync ne sont pas donnés.

Vous trouverez ici, la liste dressée par Nvidia de tous les écrans compatibles avec G-Sync. Mesurant entre 60,46 cm et 96,52 cm, ils sont, en tout, 61 à promettre une expérience « premium ». Seulement un de ces écrans est compatible avec HDR, mais pas à 4K (UHD). Voici un échantillon de la liste (standard) d’écrans de G-Sync :

    • Acer Predator XB281HK (28”, TN, UHD, 60Hz, Pas de HDR)
    • AOC Agon AG273QCG (27”, TN, QHD, 165Hz, Pas de HDR)
    • Asus ROG Swift PG349Q (34”, IPS, WQHD, 120Hz, Pas de HDR)
    • Dell S2417DG (23.8”, TN, QHD, 144Hz, Pas de HDR)
    • HP OMEN X 35 (35”, VA, WQHD, 100Hz, Pas de HDR)
    • LG 34GL750-B (34”, IPS, WFHD, 144Hz, HDR)
    • MSI Oculux NXG251R (24.5”, TN, FHD, 240Hz, Pas de HDR)
    • ViewSonic XG2760 (27”, TN, QHD, 165Hz, Pas de HDR)

En lançant G-Sync HDR, Nvidia a introduit sa marque G-Sync Ultimate. En ce moment, vous trouverez seulement cinq modèles listés sous cette bannière supportant HDR 4K (UHD), des fréquences de rafraîchissement, et des niveaux de luminosité dépassant 1 000 nits. Notez que l’unité HP listée ci-dessous est basée sur le design ÉCRANS GAMING GRAND FORMAT de Nividia.

  • Acer X27 (27″, IPS, UHD, 144Hz)
  • Acer X35 (35″, VA, WQHD, 200Hz)
  • Asus PG27UQ (27″, IPS, UHD, 144Hz)
  • Asus ROG Swift PG35VQ (35″, VA, WQHD, 200Hz)
  • HP OMEN X Emperium 65 (65″, VA, UHD, 144Hz)

La différence de prix est grande, n’est-ce pas ? La liste « standard » de G-Sync proposant des fonctionnalités de base coûte entre 379$ et 818$. Nous avons simplement tiré au hasard une sélection de la liste actuelle de Nvidia. De plus, ces prix ne sont pas si mal, surtout pour les unités Dell et MSI, mais vous risquez de payer plus que pour votre ordinateur de bureau classique en raison de la technologie brevetée de Nvidia et du contrôle de qualité. Nvidia affirme que ces panels sont soumis à plus de 300 tests certifiés.

La deuxième liste, G-Sync Ultimate, est basée sur le troisième design mentionné plus tôt : G-Sync HDR. Grâce à lui, vous obtenez les dernières technologies appuyées par des fréquences de rafraîchissement élevées, une image haute résolution, un temps de réponse ultra court, et un rétro-éclairage multi-zone. Si vous désirez avoir tout ce que G-Sync a à offrir en ce moment, soyez alors préparés à payer des montants à quatre chiffres. Comme nous l’avons montré plus haut, vous pourriez, pour le même prix, acheter un ordinateur de bureau.

Enfin, les écrans des deux groupes ont une fréquence de rafraîchissement comprise entre 1Hz et leur maximum : 60Hz à 250Hz. Ce n’est pas le cas du troisième groupe d’écrans de Nvidia.

Découvrez G-Sync Compatible

G-Sync

Nvidia a lancé ce programme en 2019.Ces moniteurs n’incluent pas les modules G-Sync, mais n’en ont pas moins une fréquence de rafraîchissement variable. Ils sont basés sur Adaptive-Sync de VESA, un standard ajouté à DisplayPort 1.2a fin 2014. ADM a commencé à soutenir Adaptive-Sync en 2015 avec une solution logiciel appelé FreeSync dans ces pilotes Radeon. FreeSync fournit une ligne de communication entre le GPU de Radeon et des scaler standards dans les écrans Adaptive-Sync. Nous évoquons AMD parce que beaucoup d’écrans Adaptive-Sync proposent la technologie Free-Sync de AMD.

«La spécification DisplayPort Adaptive-Sync a été transposée depuis la spécification embarquée DisplayPort grâce à une proposition soumise au groupe VESA et introduite par AMD. DisplayPort Adaptive-Sync est une composante d’une liaison DisplayPort et une norme industrielle qui donne accès à certaines technologies, telles que Radeon™ FreeSync. » rapporte AMD dans sa FAQ.

En plus de DisplayPort, les écrans Adaptive-Sync commencent à être compatibles avec différentes fréquences de rafraîchissement à travers des connexions HDMI fin 2017 avec le lancement de HDMI 2.1. G-Sync,demeure d’autre part inaccessible aux connexions de DisplayPort. G-Sync n’est compatible qu’avec une fréquence de rafraîchissement stable par HDMI.

Les joueurs dotés de GeForce ont maintenant un choix plus large d’écrans à disposition.

Pour le moment, Nvidia liste 33 écrans sous la bannière G-Sync Compatible. Voici son éventail de rafraîchissement variable :

  • 50Hz – 144Hz
  • 48Hz – 240Hz
  • 48Hz – 144Hz
  • 48Hz – 120Hz
  • 40Hz – 165Hz
  • 40Hz – 144Hz
  • 30Hz – 144Hz

Voici maintenant des exemples d’écrans G-Sync Compatibles :

    • Acer Acer XFA240 bmjdpr (24″, TN, FHD, 144Hz)
    • AOC Agon AG241QX (24″, TN, QHD, 144Hz)
    • Asus ROG Strix XG248Q (23.8″, TN, FHD, 240Hz)
    • BenQ Zowie XL2740 (27″, TN, FHD, 240Hz)
    • HP Omen X 25f (25″, TN, FHD, 240Hz)
    • Samsung CRG5 (27″, VA, FHD, 240Hz)

Les prix ne sont pas si mal et peut-être un peu moins chers que les solutions standards de G-Sync, dans certains cas. Ce qu’il faut retenir, c’est que si vous avez déjà l’un des 33 écrans et que vous passez à un GPU GeForce, vous n’avez pas nécessairement besoin d’un écran G-Sync. Comme Nvidia l’indique, vous aurez une « expérience de base ». Si vous voulez quelque chose de mieux avec une fréquence de rafraîchissement variable plus large, alors il vous faudra investir dans cet écran G-Sync.

Mais alors, est-ce que G-Sync en vaut la peine ou non ?

Nous avons passé du temps à expliquer toutes les options de G-Sync, mais est-ce que G-Sync en vaut la peine ? C’est une décision que, dernièrement, chaque gamer doit prendre. Si vous êtes un gamer de petit calibre et que vous ne jouez que à Roblox, alors G-Sync serait un investissement inutile. Nous ne sommes pas en train de dire que Roblox et les plate-formes similaires ne méritent pas les meilleurs matériels, mais leur but n’est pas de rendre une expérience visuelle réaliste et à haute fréquence d’images. Si vous deviez investir, ce serait dans un GPU d’entrée de gamme décent, et dans un écran 60Hz.

mais leur but n’est pas de rendre une expérience visuelle réaliste et à haute fréquence d’images.

Les gamers sur PC qui ont un peu d’argent à disposition prennent le pli G-Sync. Mais même si ne voulez pas dépenser des tonnes d’argent dans un GPU et un écran plus performants,vous pouvez optez pour le MSI Oculux NXG251R, listé ci-dessus avec GeForce GTX 1660 Ti Ventus XS 6G OC de MSI et ajouter une carte graphique pour environ 860 EURO. Ensemble, ils devraient fournir une expérience G-Sync acceptable sans qu’un prêt bancaire ne soit nécessaire.

Est-ce que les gamers e-sport ont besoin de G-Sync ? Ils veulent de la performance, pas de la fidélité. Ils veulent jouer avec une fréquence d’images extrêmement élevée avec quasiment aucun retard de réponse. La solution idéale serait des jeux fonctionnant à 1 920 x 1 080 sur un écran de 240Hz.Pourquoi investir dans une fonction que vous n’utiliserez peut-être jamais ? Bien sûr, si les gamers e-sport veulent jouer à Rage 2 et à côté à Destiny 2 avec la plus grande fidélité possible, alors un investissement dans G-Sync est recommandé.

En définitive, ce qu’il faut se demander c’est : qu’attendez-vous des jeux PC ? Si les déchirures d’écran et les saccades vous importent peu, alors n’investissez pas. Si vous voulez simplement participer à des e-sports, G-Sync ne doit pas être une priorité. Cependant, les gamers sur PC qui veulent l’expérience la plus immersive possible devraient envisager de se procurer G-Sync. L’investissement peut être extrêmement coûteux, mais vous expérimenterez les mondes les plus fabuleux que les dernières consoles ne peuvent même pas battre.

Et les ordinateurs portables dans tout ça ?

G-SyncNous n’avons pas oublié les gamers sur PC portable, bien que nos arguments concernent principalement les ordinateurs de bureau. Le fait est, les règles s’appliquent aussi ici : si vous êtes un gamer PC inconditionnel voulant une haute fidélité tout au long du jeu, investissez dans un ordinateur portable GPU GeForce puissant et un écran à fréquence de rafraîchissement élevé doté de G-Sync. De plus, vous pouvez acheter un écran G-Sync seul si vous voulez une expérience dépassant l’écran intégré. Assurez-vous seulement que votre portable a un DisplayPort ou un connecteur Mini DisplayPort.

Bien sûr, si vous achetez un ordinateur portable d’abord pour le travail et ensuite pour le jeu, il y a des chances que vous n’ayez pas besoin de G-Sync. Mais l’auteur de cet article est en train de rédiger ce dernier sur un ordinateur portable Alienware détenteur d’un GPU GeForce et un écran G-Sync. Il n’y a rien de mal à mélanger business et plaisir si vous êtes prêts à y mettre un peu d’argent.

Vous aimez l'article? Soutiens nous!
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *